APRES AVOIR ETE APPUYES PAR LE CENTRE POUR LE COMMERCE, DES ENTREPRISES SONT MAINTENANT PRETES A EXPOSER SANS AUCUNE AIDE

Friday, January 14 2011

Joe Lamport

Au cours des cinq dernières années, Patricia Badolo, directeur du Village Artisanal de Ouagadougou, une des plus grosses coopératives d’objets artisanaux en Afrique de l’Ouest, a participé au  New York International Gift Fair avec l’appui du Centre pour le Commerce en Afrique de l’Ouest de l’USAID. Elle y participera encore en février 2011 – mais VAO y participera cette fois-ci sans aucune aide.

Les artisans au Village Artisanal de Ouagadougou produisent une variété de produ
Les artisans au Village Artisanal de Ouagadougou produisent une variété de produits.
« Ce fut un long processus de formation et de consultation, mais nous sommes maintenant en mesure de le faire nous-mêmes » a affirmé Mme Badolo. « Cela signifie que nous nous sommes développés et avons beaucoup appris du marché et des clients. »

Global Mamas au Ghana est une autre entreprise qui exposera de façon indépendante lorsque le salon débutera le 29 janvier à New York.   Le stand de l’entreprise fait partie de la section de Global Handmade, une des sections les plus convoitées du plus important salon international du cadeau en Amérique du Nord avec plus de 2 800 entreprises exposantes qui attirent 35 000 acheteurs professionnels de partout dans le monde.
 
« Il faut parfois attendre plusieurs années avant de pouvoir participer au salon comme exposant indépendant » a affirmé Kristin Johnson de Global Mamas. « Mais Global Mamas était connu de la direction du salon grâce à sa participation au salon en compagnie du Centre pour le Commerce. On nous a donc accordé un stand sur le champ. »
 
« Nous sommes ravis d’être maintenant un exposant indépendant à New York mais cela n’aurait pas été possible sans nos années de participation au salon sous la direction du Centre pour le Commerce. »
 
L’impact est particulièrement important pour les près de 1 000 femmes qui fabriquent les produits qui ont rendu Global Mamas  si populaires auprès des consommateurs.
 
« Les produits artisanaux internationaux, particulièrement ceux en provenance des pays en développement, sont de plus en plus populaires auprès des consommateurs américains » a affirmé  Dorothy Belshaw, directeur exécutif du salon de New York. « Ces produits suscitent un énorme intérêt et les artisans du VAO produisent des produits sensationnels.»
 
Cela a simplifié la sélection de Global Mamas et de VAO par le NYIGF a affirmé Mme Belshaw.
 
Des centaines de femmes au Ghana subviennent aux besoins de leurs familles et de
Des centaines de femmes au Ghana subviennent aux besoins de leurs familles et de leurs communautés grâce à Global Mamas
« Pour les plus de 400 artisans de la coopérative, la sélection signifie un meilleur accès au marché » a déclaré Mme Badolo.
 
« Ce salon est l’endroit où nous nous avons montré nos meilleurs produits, un salon à ne pas rater » a-t-elle affirmé. « C’est le plus grand salon auquel nous participons.  Nous utilisons la marque AfricaNow! pour améliorer notre visibilité et obtenir de nouveaux contacts et surtout davantage de commandes. »
 
Le chemin de la coopérative vers l’exposition indépendante a commencé en 2005 lorsque Mme Badola a commencé à participer à des salons professionnels à Los Angeles et à New York avec un appui du Centre pour le Commerce de l’USAID.
 
« Je ne pensais pas que nous finirions ici lorsque nous avons commencé » a t-elle reconnu. « Nous avions beaucoup à apprendre lorsque j’ai commencé. Par exemple nous vendions des produits lors des salons – nous avons appris qu’il serait mieux de prendre des commandes lors des salons et de ne pas vendre des produits. »
 
« Nous avons compris comment comprendre le marché, comment nous préparer pour les salons professionnels et comment négocier » a t-elle continué. « C’est tout un processus. Nous avons appris à faire preuve de compétence et nous avons relevé le défi. Et nous continuons à y réfléchir.»
 
Le Directeur du Centre pour le Commerce de l’USAID, Vanessa Adams – qui a supervisé le programme de développement du projet lorsque le VAO venait de débuter au salon de New York – a affirmé que le développement de la coopérative en faisait un modèle que devraient imiter les autres entreprises.
 
« Le VAO montre ce que les entreprises peuvent réaliser en vue de soutenir la concurrence sur les marchés internationaux » a déclaré Mme Adams. « Ce n’est pas facile mais l’impact est énorme. Je me rappelle les premières années, le déballage de cartons renfermant des produits mystérieux à l’arrivée au salon et l’improvisation – les critères de sélection sont maintenant rigoureux et le processus commence des mois à l’avance. »
 
« Le VAO est une source de gagne-pain pour près de 400 artisans » a t-elle affirmé. « Son succès sur le marché américain signifie davantage d’emplois et de revenus non seulement pour ces personnes mais également pour leurs familles, fournisseurs et prestataires de services. » 
 
Global Mamas au Ghana, qui produit des vêtements exquis à partir de tissu batik fabriqué manuellement ainsi que d’autres objets artisanaux a également été sélectionné comme exposant indépendant après avoir reçu un appui du Centre pour le Commerce de l’USAID. Belshaw a acclamé la méthode utilisée par le Centre pour le Commerce de l’USAID.
 
« Certains fabricants sous-estiment ce qu’il faut pour être prêt à l’exportation sur le marché américain » a t-elle expliqué. Pénétrer le marché américain peut être intimidant en raison de sa taille et des préoccupations logistiques connexes. Il faut relever des défis à l’expédition, et une fois que le produit se trouve aux Etats-Unis, il faut envisager l’entreposage et la distribution – c’est un processus complexe.
 
« Le Centre pour le Commerce prend ces artisans sous son aile et les prépare à l’exportation - il fournit un élément essentiel que sont la formation et l’appui au processus d’exportation. »
 
Le Centre aide à la longue le secteur à se réunir pour partager des informations et aborder les questions relatives à la capacité des entreprises à rivaliser sur le plan international.  Lors du Salon International de l’Artisanat 2010, le plus grand salon de l’artisanat africain au monde  qui s’est tenu au mois d’octobre, le Centre pour le Commerce et les principales parties prenantes du secteur ont discuté de la création d’une alliance régionale du secteur, qui a fait au mois d’août l’objet d’une étude d’un consultant du Centre pour le Commerce de l’USAID.
share

No comments available.

Add your comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or (if JavaScript is enabled) replaced with a spamproof clickable link.
  • You may use [swf file="song.mp3"] to display Flash files and media.
  • Image links with 'rel="lightbox"' in the <a> tag will appear in a Lightbox when clicked on.

More information about formatting options

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Get Tradewinds delivered to you!

RSS

Lisez Tradewinds via RSS

Filter all content by…

Agreements