LE DEVELOPPEMENT D’UN COMMERCE DURABLE, UNE PRIORITE DES EFFORTS CONSENTIS PAR LE CENTRE POUR LE COMMERCE DE L’USAID AU COURS DU SECOND TRIMESTRE

Wednesday, May 18 2011

Denise Awoonor-Renner

Le commerce durable est le tout dernier mantra dans un nombre croissant de réseaux de l’industrie et de la vente au détail. La viabilité signifie le respect des normes internationales de travail, des pratiques commerciales respectueuses de l’environnement et une rentabilité partagée pour les partenaires de toute la chaîne de valeur. Le Centre pour le Commerce en Afrique de l’Ouest de l’USAID a passé le dernier trimestre à se pencher sur ce thème pendant sa collaboration avec les parties prenantes dans toute la région. 

Le Représentant adjoint américain au commerce extérieur pour l’Afrique, Florizel
Le Représentant adjoint américain au commerce extérieur pour l’Afrique, Florizelle Liser discute des affaires avec un entrepreneur pendant que l’Ambassadeur Demetrius Marantis bavarde avec S.E.M. Hackman Owusu-Agyemang, membre du parlement ghanéen. Ils ont visité le Centre pour le Commerce de l’USAID au mois de février.
 « La croissance de la valeur des noix de karité des arbres de karité grâce aux profits qu’elles engendrent pousse les gens à exiger que les arbres de karité soient convenablement protégés ce qui est également bon pour l’environnement » a déclaré le Conseiller en karité du Centre pour le Commerce de l’USAID, le Dr Peter Lovett. « Les mesures incitatives se chevauchent et au bout du compte cela signifie que des millions de personnes en bénéficient. »

Les entreprises appuyées par le Centre pour le Commerce ont signalé avoir exporté pour plus de 6 millions de dollars américains et créé plus de 5 000 nouveaux emplois au cours de la période de trois mois. Les entreprises ont rencontré plus de 635 acheteurs professionnels lors de  six manifestations internationales.
 
« Le commerce et les investissements en Afrique de l’Ouest continuent de croître parce qu’il est rentable de faire des affaires en Afrique de l’Ouest, le problème demeure l’efficacité et la transparence en vue de stimuler une meilleure distribution des avantages » a affirmé la Directrice du Centre pour le Commerce, Vanessa Adams. « Les progrès réalisés dans la région – en matière d’environnement de l’entreprise, de transport, de l’accès au financement, des TIC et de capacité croissante des entreprises prêtes pour l’exportation – permettent de concrétiser les échanges commerciaux. »
 
« Les acheteurs et les investisseurs découvrent l’Afrique de l’Ouest – et l’Afrique de l’Ouest les découvrent. »
 
Création d’emplois
La plupart des nouveaux emplois créés au cours de ce trimestre l’ont été dans les secteurs de la noix de cajou et de l’habillement. Avec la croissance continue, pour le septième mois consécutif, de la vente au détail de vêtements, de plus en plus d’acheteurs visent l’Afrique pour l’approvisionnement —en raison d’une importante augmentation des salaires en Chine et au Bangladesh, par exemple. Même des entreprises coréennes et chinoises songent à produire et à s’approvisionner en Afrique pour le marché américain.
 
L’Ambassadeur des États-Unis, Donald Teitelbaum et le Ministre ghanéen, Hanna Te
L’Ambassadeur des États-Unis, Donald Teitelbaum et le Ministre ghanéen, Hanna Tetteh, ont procédé au mois de mars à l’ouverture de 1888LuckyMills, une usine de vêtement située à Tema, au Ghana.
Les investisseurs font montre d’une plus grande confiance dans l’industrie du vêtement de l’Afrique de l’Ouest. Through links made at the MAGIC apparel trade show, North America’s most important, buyers  consistently over three years has led buyers to source from the region’s companies—and also led to buyer visits in Cameroon, Ghana and Senegal last quarter. Un investisseur américain a signé avec un fabricant ouest africain un Protocole d’accord pour louer son usine de vêtements pour des exportations vers les Etats-Unis. L’usine fournira  près de 1 000 emplois dans un an.
 
Le Ministre ghanéen du Commerce et de l’Industrie, a officiellement ouvert Lucky1888Mills, une co-entreprise américano-pakistanaise basée à Tema, au Ghana. L’Ambassadeur des États-Unis,  Donald Teitelbaum et la direction de haut niveau de   1888 Mills et Lucky Textiles étaient présents lors de la célébration de l’événement par près de 200 femmes.
 
L’entreprise prévoit d’agrandir ses installations et de créer ainsi des centaines d’emplois de plus d’ici la fin de 2011. Son premier conteneur de vêtements exportés a été expédié une semaine après la cérémonie d’ouverture.
 
« L’industrie du textile est un excellent moyen pour les nations en développement de réduire la pauvreté et de créer des possibilités économiques florissantes pour la plupart des nécessiteux » a affirmé John Simon, directeur général de 1888 Mills. Cela correspond à la déclaration de mission de l’entreprise qui est de ‘Tisser un monde meilleur’.
 
La nouvelle usine de vêtement au Ghana emploie près de 200 jeunes femmes.
La nouvelle usine de vêtement au Ghana emploie près de 200 jeunes femmes.
L’Afrique est désormais le plus gros producteur de noix de cajou au monde avec une production de plus de 900 000 MT en 2010 – une transformation croissante des noix en Afrique de l’Ouest a également favorisé la création d’emplois ce trimestre. L’ Alliance africaine pour la promotion de la noix de cajou (ACA) continue de faire la promotion de la noix de cajou d’Afrique sur le marché international et fournit une assistance technique directe à plus de 60 entreprises (dont des transformateurs) dans 11 pays—elle facilite également  l’établissement de liens sur les marchés avec des acheteurs et des investisseurs des marchés européens et américains. La sixième conférence annuelle de l’ACA doit se tenir au mois de septembre à Banjul, en Gambie.
 
Renforcer les capacités, habiliter les parties prenantes
La formation et la communication ont atteint des milliers d’acteurs du transport routier avec la tenue dans six pays des activités de plaidoyer de Borderless sur la suppression des barrières au commerce. En outre, des organisations de la société civile au  Ghana, au Mali, au Sénégal et ont Togo ont fait parvenir le message de Borderless à des millions de personnes. Dans les médias et lors d’ateliers, la société civile a revigoré le débat sur la gouvernance routière.
 
Le  14ème rapport sur la gouvernance routière a montré une augmentation des pots de vin et des délais d’attente et a rappelé aux parties prenantes la nécessité d’efforts concertés en vue de supprimer les barrières au commerce. L’équipe du transport a également conçu de nouveaux rapports qui se penchent sur la situation dans des pays spécifiques en vue d’aider les parties prenantes à aborder le problème avec plus de précision. Borderless a également au cours du même trimestre lancé une page Facebook.
 
Les parties prenantes de Borderless ont plaidé en faveur d’une suppression des b
Les parties prenantes de Borderless ont plaidé en faveur d’une suppression des barrières au commerce auprès des membres du parlement.
L’équipe du Centre pour le Commerce spécialisée en environnement des affaires a également habilité les parties prenantes sous la bannière de Borderless qui est fondé sur la vision d’une Afrique de l’Ouest intégrée sur le plan économique. Une étude du Système de libéralisation du commerce de la CEDEAO réalisée par le Centre pour le Commerce a indiqué des lacunes dans sa mise en œuvre – et a mené à des idées concrètes pour harmoniser la politique et améliorer la mise en œuvre en vue d’actionner le développement économique.
 
Deux initiatives ont découlé des études – Border Information Centers (Centres d’information sur les frontières) qui  sera testé au cours des prochains mois et Single-Window Customs Clearance (Guichet unique de dédouanement). L’intégration régionale est essentielle pour assurer une croissance économique continue de l’Afrique de l’ouest – elle permettra non seulement de réduire les coûts d’exploitation mais également d’attirer les investissements dans la région.
 
Dans le cadre du programme de développement du secteur privé, les activités de formation du Centre pour le Commerce ont aidé les producteurs d’objets artisanaux à mettre au point de nouveaux produits qui ont fait leurs débuts lors du New York International Gift Fair à New York City et Ambiente à Frankfurt, en Allemagne – deux des plus importantes manifestations commerciales internationales pour le secteur. Ils ont exposé en utilisant la marque AfricaNow!, développée en collaboration avec les principaux acteurs du secteur.
 
Lors de Ambiente, un des plus grands salons du cadeau au monde, les entreprises
Lors de Ambiente, un des plus grands salons du cadeau au monde, les entreprises ont établi des liens avec des centaines d’acheteurs professionnels de partout dans le monde.
« Ce sont les plus gros importateurs au monde, leur commande minimum est d’un conteneur » a affirmé Elaine Bellezza, conseillère en décoration et en accessoires de mode du Centre pour le Commerce de l’USAID. « Les commandes en vrac génèrent des revenus qui permettent de faire croître les entreprises ouest africaines, de créer des emplois et d’améliorer les moyens d’existence. »
 
Le Centre pour le Commerce a continué à se concentrer sur les femmes, à diverses étapes tout au long du trimestre, en publiant des profils de femmes entrepreneures au mois de mars pour coïncider avec le 100ème Anniversaire de la journée internationale de la femme. Promouvoir l’implication des femmes dans les affaires permet de renforcer la durabilité, ce qui garantit le partage par tous des bénéfices du développement économique.
 
Lors d’un atelier qui s’est tenu au mois de mars à Dakar, 13 femmes propriétaires d’entreprises impliquées de diverses manières dans l’agro-industrie et la transformation des aliments ont participé à une formation de deux jours —dans le cadre du Programme d’entreprenariat des femmes africaines, une initiative lancée  en août 2010 par le Secrétaire d’état américain, Hillary Clinton. Le Centre pour le Commerce a soutenu le programme en fournissant une formation en outils et techniques de marketing particulièrement dans le cadre de l’AGOA.
 
Augmenter les profits
L’approche axée sur le marché utilisée par le Centre pour le Commerce en vue d’augmenter les exportations se reflète dans les centaines d’affaires conclus au cours du trimestre. Une nouvelle stratégie d’accès au financement a favorisé une augmentation des affaires en facilitant l’accès des entreprises au financement nécessaire pour obtenir la matière première, payer les ouvriers et augmenter la capacité de production.
 
L’équipe des finances a au cours du trimestre continué à travailler sur les initiatives d’accès au financement en aidant plus de 36 entreprises prêtes pour l’exportation et en rencontrant un certain nombre de banques et de partenaires non bancaires surtout des fonds d’investissement. L’équipe a présenté des projets commerciaux à des banquiers représentant huit banques commerciales et deux fonds d’investissement et a facilité l’approbation de prêts d’un montant de  330 000 dollars de banques commerciales et d’autres pourvoyeurs de financement pour deux exportateurs.
 
L’exportateur de beurre de karité,  Karikis International Ltd du Burkina Faso a reçu un financement de Root Capital, le résultat d’une assistance technique offerte par l’équipe des finances du Centre pour le Commerce de l’USAID. Le prêt a permis au propriétaire de Karikis, Félicité Yameogo, d’acheter du beurre de karité produit par des collectivités féminines locales qui ont pris un microcrédit pour ramasser et rassembler des noix de karité en prévision aux achats de l’entreprise pour la saison.
 
Des profits accrus, l’autonomisation grâce au renforcement des capacités et de nouveaux emplois – le travail effectué par le Centre pour le Commerce de l’USAID  – en collaboration avec des milliers d’entreprises et des centaines de partenaires des secteurs public et privé – permet de continuer à développer un commerce durable partout en Afrique de l’Ouest.

 

share

No comments available.

Add your comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or (if JavaScript is enabled) replaced with a spamproof clickable link.
  • You may use [swf file="song.mp3"] to display Flash files and media.
  • Image links with 'rel="lightbox"' in the <a> tag will appear in a Lightbox when clicked on.

More information about formatting options

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Get Tradewinds delivered to you!

RSS

Lisez Tradewinds via RSS

Rapports sur les tracasseries routières de l'Afrique de l'Ouest
23ème USAID/UEMOA Rapport (1ère trimestre 2013)
22ème USAID/UEMOA Rapport (4ème trimestre 2012)
21ème USAID/UEMOA Rapport (3ème trimestre 2012)
20ème USAID/UEMOA Rapport (2ème trimestre 2012)
19ème USAID/UEMOA Rapport (1ère trimestre 2012)
18ème USAID/UEMOA Rapport (4ème trimestre 2011)
17ème USAID/UEMOA Rapport (3ème trimestre 2011)
16ème USAID/UEMOA Rapport (2ème trimestre 2011)
15ème USAID/UEMOA Rapport (1ère trimestre 2011)
14ème USAID/UEMOA Rapport (4ème trimestre 2010)
13ème USAID/UEMOA Rapport (3ème trimestre 2010)
12ème USAID/UEMOA Rapport (2ème trimestre 2010)
11ème USAID/UEMOA Rapport (1ère trimestre 2010)
10ème USAID/UEMOA Rapport (4ème trimestre 2009)
9ème USAID/UEMOA Report (3ème trimestre 2009)
8ème USAID/UEMOA Rapport (2ème trimestre 2009)
7ème USAID/UEMOA Rapport (1ère trimestre 2009)
6ème USAID/UEMOA Rapport (4ème trimestre 2008)
5ème USAID/UEMOA Rapport (3ème trimestre 2008)
4ème USAID/UEMOA Rapport (1ère semestre 2008)
3ème USAID/UEMOA Rapport (4ème trimestre 2007)
2ème USAID/UEMOA Rapport (2ème- 3ème trimestre 2007)
1ère USAID/UEMOA Rapport (1ère trimestre 2007)
Rapports conjoints sur les tracasseries routières
2ème Trade Hub / ATP / ALCO Rapport conjoint sur les tracasseries routières (Sep. 2010)
Rapport conjoint régional sur le harcèlement sur les routes (Mar. 2010)
Études sur le transport
Le transport routier vers les pays enclaves de l'Afrique de l'Ouest (Sep 2010) - Structure et fonctionnement du marché
Mise en application du contrôle de la charge à l'essieu dans les pays membres de l'UEMOA
Coûts du transport et de la logistique sur le corridor Tema-Ouagadougou (Apr. 2010)
Coûts du transport et de la logistique sur le corridor Lomé-Ouagadougou (Jan 2012)
Autres publications
Le Guide du Conducteur Routier au Ghana (août 2010)
Documents Requis sur les Axes Inter-Etats pour un Conducteur Burkinabe
Documents Requis sur les Axes Inter-Etats pour un Conducteur Togolais
Documents Requis sur les Axes Inter-Etats pour un Conducteur Malien

Filter all content by…

Agreements