LE SECTEUR 'DYNAMIQUE ET ROBUSTE' DU KARITE CONNAIT UNE EXPANSION RAPIDE

Monday, September 19 2011

Joe Lamport
Les signes d’une transformation du secteur du karité abondent : il y a sept ans, un lopin de terre de cinq acres tout juste au Nord de Tamale dans le Nord du Ghana n’était qu’un simple bout de terrain stérile servant de pâturage à des chèvres. Aujourd’hui c’est un centre d’activités – 150 femmes viennent travailler chaque jour au Village du beurre de karité de Sekaf Ghana Limited.
.
 
Cliquez pour voir
Cliquez pour voir

 
Non loin de là, une usine de transformation de karité de plusieurs millions de dollars se prépare à commencer une transformation des noix de karité à l’échelle industrielle – 40 000 tonnes par an. Une fois opérationnelle, elle rejoindra les cinq usines actives opérant déjà au Ghana. 
 
Bien que de tailles différentes, ces usines ont une capacité totale de 200 000 tonnes de noix de karité – trois à quatre fois la récolte exportable de la nation –  et ont fait du Ghana le plus important transformateur de karité en Afrique de l’Ouest en moins d’une décennie. En outre, ces usines nécessitent un approvisionnement régulier en provenance de la sous-région. Cela en retour fait ressortir l’urgence de réduire les coûts du transport, d’accroître l’efficacité et de développer des relations commerciales plus étroites.
 
Kadiatou Lah, membre du Comité exécutif de l’Alliance mondiale du karité félicit
Kadiatou Lah, membre du Comité exécutif de l’Alliance mondiale du karité félicite les membres du comité national intérimaire du karité du Bénin.
Toutefois, les progrès réalisés dans les autres pays montrent que le Ghana est loin d’être le seul à rechercher un avantage compétitif dans le secteur du karité. De nouvelles usines et des rénovations d’usines existantes sont prévues au Burkina Faso, au Mali et au Nigéria.
 

Entre-temps, plus de 150 parties prenantes se sont rassemblées du 31 août au 2 septembre au Bénin pour la première conférence nationale sur le karité au cours de laquelle ils ont élu un comité national et représentatif qui contribuera à l’organisation de « Karité 2012 : une valeur partagée », la conférence annuelle du secteur, d’une durée de deux jours, prévue pour fin avril 2012.Dans toute la région, les entreprises poursuivent leur croissance, de nouvelles entreprises démarrent et

l’Alliance mondiale du karitévoit l’arrivée de nouveaux membres alors que la demande internationale de karité continue à augmenter  – pour les produits de beauté naturels mais également dans l’industrie alimentaire principalement parce que des recherches supplémentaires confirment les bienfaits du karité pour la santé.

« Une collaboration entre toutes les parties prenantes – le secteur privé, petit ou grand, un appui pour les femmes au niveau communautaire, les acteurs du marché, les ONG et autres – fait partie intégrante de ce que l’Alliance mondiale du karité espère créera un secteur fort et dynamique au profit de toutes les parties prenantes » a affirmé Eugenia Akuete, Directrice générale et Fondatrice de Naasakle Ltd. et présidente de l’Alliance. Son entreprise,  qui à ses débuts transformait 1 000 livres de noix de karité, produit maintenant plus de trois tonnes de beurre de karité par mois.
 
La capacité de transformation du karité a augmenté en Afrique de l’Ouest.
La capacité de transformation du karité a augmenté en Afrique de l’Ouest.
“« Le secteur du karité est aujourd’hui vigoureux et robuste » a affirmé Santosh Pillai, Directeur général/Afrique de l’Ouest de  Wilmar International et membre du Comité exécutif de l’Alliance mondiale du karité. L’entreprise transforme aujourd’hui des dizaines de milliers de tonnes de karité par an à Tema, au Ghana où se trouve le plus grand port du pays. « Nous nous attendons à ce que cette croissance se poursuive et que le secteur apporte des retours sur investissements aux parties prenantes à tous les niveaux, ce qui est essentiel pour son avenir. »
 
Lors d’entretiens récents réalisés dans l’ensemble du secteur, les parties prenantes ont affirmé que l’œuvre du Centre pour le Commerce de l’USAID dans le secteur au cours des sept dernières années avait contribué sensiblement à la croissance du secteur. Le lancement de l’Alliance mondiale du karité en avril 2011 a marqué l’aboutissement de plusieurs années d’activités dirigées par Dr Peter Lovett, conseiller  pour le secteur du karité au Centre pour le Commerce qui travaille depuis près de 20 ans dans le secteur. 
 
« Le secteur a connu une grande expansion au cours des cinq dernières années » a ajouté Dr Lovett. Il y a 10 ans, la capacité de transformation à l’échelle industrielle était pratiquement inexistante en Afrique. Les noix de karité brutes étaient exportées  – et tous les emplois et les revenus provenant de l’extraction du beurre de karité étaient créés ailleurs. »
 
Le secret de cette transformation réside dans l’échange d’informations et la constitution de réseaux qui ont été favorisés par les formations dans le secteur et les conférences appuyées par le Centre pour le Commerce. Les études sur les chaînes d’approvisionnement du karité réalisées par le Centre pour le Commerce et publiées début 2005 étaient également importantes ont affirmé les parties prenantes.
 
Greffer les arbres de karité permet d’augmenter les rendements. La technique a é
Greffer les arbres de karité permet d’augmenter les rendements. La technique a été démontrée lors de Karité 2011.
Au cours des années à venir, la capacité de transformer toute la récolte en Afrique pourrait être atteinte. Une part croissante de cette récolte est déjà transformée en Afrique. Les opportunités qui s’offrent au secteur d’améliorer les moyens d’existence dans l’ensemble de la région sont réalisées grâce à une croissance de la demande de karité dans le monde entier.

Les prix des noix de karité ont connu une croissance soutenue a indiqué le Dr Lovett. Un examen des données obtenues à Wechiau au Ghana, a montré que les femmes collectrices ont vu les prix des noix de karité qu’elles rassemblent augmenter de 50% entre 2006 et 2011. Le prix d’un sac de 80 kg de noix de karité atteignait environ 20 dollars en 2006 ; le prix est d’environ 30 dollars en 2006.

Cela signifie davantage de revenus pour les près de quatre millions de femmes qui rassemblent les noix de karité en Afrique pour l’exportation et pour les populations dans les communautés où elles rassemblent les noix.Une étude sur l’effet multiplicateur  éalisée par le Centre pour le Commerce en 2010 montrait que pour toutes les noix de karité d’un montant de 1 000 dollars vendues au prix à la ferme, 1 580 dollars américains de revenus supplémentaires étaient générés dans l’économie locale.

Il y a sûrement énormément à faire pour améliorer la compétitivité du secteur. Les coûts du transport sont par exemple une contrainte importante. Éliminer la corruption présente au niveau des postes de contrôle le long des couloirs commerciaux de l’Afrique de l’Ouest pourrait signifier une augmentation  du prix de la noix de karité comprise entre 8 à 10% au niveau des villages ont indiqué des économistes.

Aux mois de juillet et d’août, les visites d’assistance technique du Centre pour le Commerce de l’USAID à des usines situées au Bénin et au Ghana, au Burkina Faso et au Mali ont fourni plus de renseignements sur l’état du secteur. Les parties prenantes ont exprimé leur appui sans réserve à l’Alliance mondiale du karité et de l’optimisme lorsqu’ils ont appris que l’Alliance avait discuté d’une collaboration avec la CEDEAO.

« L’Alliance mondiale du karité facilite le développement du secteur privé et montre comment cela peut se faire de façon spectaculaire et réussie»   a affirmé Roger Brou, Directeur commercial et financier du Centre pour le Commerce de l’USAID. « La collaboration avec la CEDEAO est profitable pour les secteurs public et privé qui en bénéficieront énormément. »  
 
 Le Comité exécutif de l’Alliance mondiale du karité.
Le Comité exécutif de l’Alliance mondiale du karité.
Lorsque le Centre pour le Commerce de l’USAID a évalué il y a sept ans le secteur du karité, les opportunités commerciales étaient évidentes  – mais le secteur était chaotique et opaque. Le secteur a depuis connu une croissance spectaculaire – des milliers d’emplois ont été créés et des millions de dollars de revenus ont été générés. Les entreprises spécialisées dans le karité ont cité l’assistance du Centre pour le Commerce de l’USAID – et l’évaluation initiale du secteur –comme étant essentielles à la croissance du secteur.
 
« L’implantation de notre usine était basée sur ce qu’a montré l’étude initiale du Centre pour le Commerce de l’USAID » a affirmé un directeur qui a souhaité garder l’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à parler pour son entreprise. « L’étude a indiqué clairement les possibilités à saisir et nous transformons maintenant avec succès des milliers de tonnes de karité par an. »
 
Au Bénin, Fludor, qui prévoit de transformer mécaniquement  12 000 tonnes de noix de karité en beurre de karité pour l’industrie alimentaire au cours de la saison 2011/2012 a également accordé de l’importance au rôle joué par le Centre pour le Commerce de l’USAID (voir article connexe). Maintenant, l’Alliance mondiale du karité, qui est installée dans les locaux du Centre pour le Commerce de l’USAID a repris le flambeau.
 
« La fondation est jetée » a affirmé Jacob Shinka de Meena Agro Oil Ltd, Nigéria. « Toutes les parties prenantes peuvent maintenant voir l’importance d’une collaboration  intense. Il y a beaucoup à faire mais il y a une compréhension commune de son importance et comment le faire et un esprit de coopération découlant de plusieurs années de travail dans la région. »
 
Il a noté que les parties prenantes du Nigéria avaient élu au mois de janvier un nouveau comité exécutif de leur Association nationale des producteurs de karité du Nigéria et le groupe accueillera la toute première convention nationale sur le karité au mois de novembre. Le gouvernement a mis sur pied un comité technique chargé de promouvoir et de développer le secteur.
 

« Les possibilités sont claires et c’est le bon moment pour le karité » a ajouté M. Shinka.

 

 

share

No comments available.

Add your comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or (if JavaScript is enabled) replaced with a spamproof clickable link.
  • You may use [swf file="song.mp3"] to display Flash files and media.
  • Image links with 'rel="lightbox"' in the <a> tag will appear in a Lightbox when clicked on.

More information about formatting options

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Get Tradewinds delivered to you!

RSS

Lisez Tradewinds via RSS

Filter all content by…

Agreements